Presse

  • M&O Mag
  •  
  • Actualité déco, bonnes adresses, insider news...

Granville Gallery : la passion du design de luxe

News

 

Galerie d’art et de design contemporain, la Granville Gallery a été normande, puis parisienne. Éditrice de la fine fleur du design, elle met désormais ses talents au service des projets d’architecture intérieure. Rencontre avec son fondateur, Jean-Pierre Bruaire, ardent défenseur de la liberté de créer.

En janvier dernier et pour la première fois, la Granville Gallery présentait ses créations et ses services dans le cadre de Scènes d’intérieur. Habitué des grandes foires d’art contemporain et de design, Jean-Pierre Bruaire, fondateur de la galerie avec Catherine Melotte, en 2006, à Granville en Normandie, cherchait une autre manière de présenter son approche originale de la création contemporaine. Bien lui en a pris. « Nous voulions sortir de l’univers de la galerie. Nous avons trouvé une meilleure expression que les foires d’art contemporain, qui privilégient le design vintage et relèguent les créateurs d’aujourd’hui dans un secteur dit “expérimental”. Nous avons vendu des pièces d’Elizabeth Garouste et pris de nombreux contacts avec des clients intéressés par notre démarche globale », explique ce passionné de création.

Il est vrai que la galerie, devenue parisienne en 2010, ne manque pas d’atouts. Elle fédère la crème de la créativité. Par ordre alphabétique : Sam Baron, matali crasset, Philippe Daney, Vincent Dupont-Rougier, Élise Fouin, Elizabeth Garouste, Christian Ghion, Patrick de Glo de Besses, Les Héritiers, Éric Jourdan, Patrick Nadeau, Jean-Baptiste Sibertin-Blanc. « Nous étions des collectionneurs de Garouste & Bonetti. Quand nous avons décidé d’ouvrir une galerie, Elizabeth Garouste a tout de suite accepté. Un “noyau dur” de designers s’est formé. L’idée d’une petite galerie en région leur plaisait. Des liens d’amitié et de fidélité se sont créés. Et puis, on offre la possibilité d’une carte de blanche autour d’un thème imposé. Sans cette liberté de création, ils ne seraient pas là », reconnaît Jean-Pierre Bruaire.

En effet, depuis 2006, la galerie propose aux créateurs de s’exprimer sur un exercice de créativité autour d’un archétype revisité : le vase, l’horloge, le miroir, la lampe, le candélabre, le coffre à secret, l’amphore, le guéridon… La règle du jeu ? « On choisit le thème et les êtres humains. On accompagne les designers en leur précisant un budget, mais on s’interdit de donner un cahier des charges comme un éditeur classique. On ne s’est jamais permis de juger le projet. La seule contrainte, c’est qu’il soit cohérent avec le sujet de l’exposition et que la pièce fonctionne. Ce qui est compte, c’est la pièce finie, qu’elle ait quelque chose à dire, sans philosopher. » Résultat : à chaque carte blanche, près d’une quarantaine de pièces uniques et de séries limitées dialoguent avec les œuvres d’artistes contemporains. « Toutes nos pièces ont des matières et des formes différentes. Nous ne sommes pas dans la rêverie ou l’expérimental. On reste dans l’objet de design. 99% des pièces pourraient être produite par un éditeur. »

Au fil des années, les galeristes, soucieux de transmission, ont offert cette liberté créative à des designers en devenir ou émergents. Les étudiants de l’École d’art et de design de Saint-Étienne ont été sollicités, ainsi que le département design de La Fabrica, le centre de recherche sur la communication de Benetton en Italie, dirigé par Sam Baron. Rémi Bouhaniche et Amaury Poudray ont rejoint le « noyau dur » des fidèles de la galerie. « On veut faire comprendre aux étudiants la démarche en amont et le suivi d’une pièce. Il faut qu’ils sortent de la réalisation par ordinateur qui uniformise la création et qu’ils reviennent au dessin, au crayon et à l’idée », affirme Jean-Pierre Bruaire. 
Dans la suite logique de cette volonté de singularité, les galeristes ont créé la structure Di+DL, qui propose de « créer des atmosphères intérieures originales designées avec du mobilier unique, sur mesure, et des œuvres d’art en fonction de la sensibilité du client et de son univers de vie ». L’agence de décoration intérieure et de design de luxe a déjà conçu l’aménagement du restaurant L’Intuition, à Saint-Lo. Elle travaille sur un projet de villa dans le sud de la France avec du mobilier intérieur et extérieur imaginé par Ghion et Daney, une fontaine et l’habillage d’un bord de piscine par Elizabeth Garouste. « On accompagne l’appropriation de pièces uniques qui permettent d’avoir un intérieur unique, comme une œuvre d’art. »

© Grégory Copitet
Visuel courtesy Granville Gallery

FIGARO Madame avril 2014 spécial déco tendances

Miroir Hi-Macs, design Jean-Baptiste SIBERTIN-BLANC

édition limitée Granville Gallery

Décoration Intérieure + Design de Luxe